Pourquoi faire soi-même sa lessive ?

Faire sa lessive soi-même c’est un jeu d’enfant. Hormis le gain financier, c’est aussi un bon moyen de protéger l’environnement en évitant les déchets inutiles (emballages) et de favoriser notre santé. Savez-vous vraiment ce que contiennent les lessives « classiques » ? Il est parfois difficile de s’y retrouver dans cet enchevêtrement d’appellations chimiques compliquées. Je vous propose de décrypter ensemble l’étiquette d’une lessive.

 

L’industrielle – Le Chat

 

Je prendrais pour exemple une marque bien connue, la lessive Le Chat, que j’ai trouvé à 9.99€ les 2L sur Leclerc Drive.

Voici sa composition :
Moins de 5% : Savon, Agents de surface non-ioniques, Phosphonates, De 5 à moins de 15% : Agents de surface anioniques Contient également : Enzymes, Azurants optiques, Parfums, Butylphenyl methylpropional, Limonene, Hexyl cinnamal, Amyl cinnamal, Geraniol, Linalool, Agents de Conservation, Benzisothiazolinone, Methylisothiazolinone.

Savon : Jusque là rien d’anormal, mais on ne connait ni sa composition, ni son origine.

 

Agents de surface non-ionique : aussi appelés tensio-actifs, ce sont des molécules qui régulent la tension entre deux surfaces (par exemple l’eau et la graisse). On dit que ce sont des molécules amphiphiles car elles possèdent deux pôles différents : l’un lipophile (qui retient la graisse) et l’autre hydrophile (miscible dans l’eau). Tous les tensio-actifs ne sont pas toxiques, mais il n’est pas précisé ici lesquels sont utilisés. Pour des question de coûts l’industrie utilise en majorité des ingrédients issus de l’industrie pétrochimique (c’est à dire dérivés du pétrole) qui sont très faiblement biodégradables et ont un fort impact sur l’environnement (énergies fossiles, non renouvelables). Ils sont également plus sensibles à la dureté de l’eau, plus efficaces dans les eaux très calcaires et ils préviennent mieux la survenue de tartre que leurs homologues issus de la chimie verte (à base d’huile d’olive ou de lin…). Le problème c’est qu’ils se retrouvent dans les eaux usées et donc dans les boues d’épuration utilisées notamment pour l’épandage agricole. Ils rejoignent ensuite les nappes phréatiques et nous les retrouvons dans notre eau potable.

Phosphonates : Ils ont un rôle anti-calcaire. L’industrie utilisait auparavant des phosphates, qui sont interdits en France dans les lessives depuis le 1er juillet 2007, parce qu’ils provoquaient l’asphyxie des sols et des points d’eau… Le problème c’est que les phosphonates participent aussi à l’enrichissement en phosphore des eaux usées et provoquent les mêmes problèmes.

Agents de surface anioniques : C’est la même chose que pour les non-ioniques, on ne sait pas de quoi ils sont composés, mais il y a fort à parier qu’ils sont issus de la pétrochimie.

Enzymes : Ce sont des protéines qui ont des propriétés catalytiques, c’est à dire qu’elles agissent sur des réactions chimiques en les accélérant. Là encore, on ne sait pas de quelles enzymes il s’agit. Il en existe des millions, certaines sont naturelles (nous possédons par exemple des enzymes digestives), d’autres sont issues de la pétrochimie. Impossible de déterminer la toxicité. Elles ont pour mission d’accélérer la dissolution des tâches sur le linge.

Azurants optiques : Ce sont des molécules issues de la pétrochimie qui ont la particularité de capturer les rayons ultraviolets et d’utiliser leur énergie pour créer de la phosphorescence. En d’autres termes, ils rendent le linge plus « blanc », plus « propre » (seulement visuellement bien entendu). Ils sont, eux aussi, difficilement biodégradables et peuvent laisser des résidus sur le linge, sources d’allergies et d’intolérances à force de contacts répétés.

Parfums : Il n’est pas précisé si ils sont naturels ou de synthèse (c’est à dire issus de la pétrochimie, difficilement biodégradables).

Butylphenyl methylpropional : C’est une molécule issue de la pétrochimie qui a la particularité de dégager une forte odeur florale, rappelant le muguet. Outre sa nocivité pour l’environnement puisqu’il est peu biodégradable, c’est aussi un perturbateur endocrinien. C’est à dire une molécule étrangère à l’organisme humain qui interfère avec le système endocrinien (la production des hormones). Il est présent dans plus de 300 produits différents dont des déodorants, des lingettes pour bébés, des gels douches… Il peut porter d’autres noms comme Lilyal, Protectol PP, Propionaldehyde Benzenepropanal, Methyl….

Limonene : C’est un hydrocarbure (c’est à dire un composé de carbone et d’hydrogène). Il peut être naturel ou issu de la pétrochimie. Il est par exemple, naturellement présent à la surface de la peau des oranges et autres agrumes. C’est un parfum qui distille une odeur fraîche. Naturel ou de synthèse, il peut avoir des propriétés allergisantes, surtout si on l’utilise à haute dose (la plupart des produits d’hygiène en contiennent, nous en utilisons donc tous les jours, de manière répétée).

Hexyl cinnamal : C’est un composé de synthèse qui émet une odeur de jasmin. Comme le limonene, il est utilisé dans des centaines de produits d’hygiène et provoque allergies et intolérances.

Amyl cinnamal : C’est un composé de synthèse à odeur florale.

Geraniol : C’est un composé organique de type alcool. Il est présent dans des huiles essentielles (géranium, citron, citronnelle) et dégage une odeur de rose, il peut être naturel ou de synthèse.

Linalool : C’est un composé organique de type alcool. Il est présent dans des huiles essentielles (géranium, citron, citronnelle) et dégage une odeur florale, il peut-être naturel ou de synthèse.

Agents de Conservation : Comme leurs noms l’indique, ce sont des composés qui vont agir sur la bonne conservation de la lessive. Ce sont des composés de synthèse et il en existe beaucoup. Là encore, impossible de savoir à quoi nous avons à faire.

Benzisothiazolinone : C’est un biocide très répandu qui a aussi une activité fongicide (il détruit les champignons). Pour expliquer ce qu’est un biocide, j’utiliserai la définition très édifiante de Wikipédia :

Un biocide est un produit destiné à détruire, repousser ou rendre inoffensifs les organismes nuisibles, à en prévenir l’action ou à les combattre, par une action chimique ou biologique. Bien que ciblant les organismes nuisibles, les biocides sont par définition des produits actifs susceptibles d’avoir des effets sur l’homme, l’animal ou l’environnement. Le terme « pesticide » regroupe la famille des biocides, qui sont des produits d’hygiène générale, et la famille des produits phytosanitaires, destinés à protéger les végétaux plus spécifiquement.

Wikipédia

Vous l’aurez compris, c’est donc un « pesticide » utilisé sur l’être humain, et non pas sur la plante (produits phytosanitaires). Etymologiquement « bio » la vie, « cide » la mort, qui détruit la vie.

Methylisothiazolinone : C’est un puissant biocide et conservateur. Depuis le scandale sur les parabènes, il a largement tendance à les remplacer dans tous les produits d’hygiènes, de nettoyage…

Rien de bien palpitant dans notre lessive Le Chat, à part le mignon petit félin sur l’étiquette. Je n’évoquerai même pas les probables conséquences à long terme de tous ces produits sur l’organisme (cancérogènes notamment) en raison de l’absence d’études indépendantes à ce sujet. Cela dit, comme disait ma grand-mère, dans le doute, il vaut toujours mieux s’abstenir. Vous retrouverez ces ingrédients dans la plupart des lessives vendues dans la grande distribution.

 

La « bio » de grande surface – L’arbre vert

 

Prenons maintenant une lessive « bio » toujours vendue dans la grande distribution à 9.67€ les 3L. Sur Leclerc Drive, on me promet que « la lessive concentrée L’ARBRE VERT respecte la personne et l’environnement ».

Voici la liste des ingrédients :
5% ou plus, mais moins de 15% : agents de surface anioniques, agents de surface non ioniques. Moins de 5% : savon, polycarboxylates, enzymes (amylases, protéases). Parfum.

 

Agents de surface anioniques et agents de surface non ioniques : les tensio-actifs, impossible de savoir s’ils sont naturels ou issus de la pétrochimie. On ne peut donc pas évaluer leur toxicité potentielle pour l’homme/l’environnement.

Savon : Même remarque que pour la lessive Le Chat : De quoi est-il composé ?

Polycarboxylates : Ce sont des polymères, la plupart du temps issus de l’industrie pétrochimique. Ils sont utilisés comme adjuvent anti-calcaire et sont plutôt à éviter car très peu bio-dégradables.

Enzymes : ici il est précisé desquelles il s’agit. L’amylase est naturellement présente dans l’organisme humain par exemple (dans la salive, l’estomac…). Elle accélère le processus de digestion de l’amidon. Ici elle est présente pour lutter contre les tâches issues de molécules d’amidon (sauce, pain, pâtes…). Les protéases agissent sur la digestion des protéines dans le corps humain (et viennent ici lutter contre les tâches de sang, oeufs, lait, herbe…).

Parfum : Comme pour la lessive industrielle, on ne sait pas de quel parfum il s’agit.

 

La « bio » de magasin bio – Ecover

 

Voici la liste des ingrédients de cette lessive Ecover à 10.96€ les 1.5L :
5-15% : Agents de surfaces anioniques et non ioniques
<5% : Citrate de Sodium, Savon, Alcool, Acide itaconique, EDDS, Acide citrique

Agents de surfaces anioniques et non ioniques : Toujours pas d’origine indiquée. Ils pourraient être issus de la pétrochimie et donc, toujours aussi néfastes pour l’environnement et la santé.

Citrate de Sodium : C’est un mélange de soude et d’acide citrique, utilisé comme conservateur.

Savon : Même remarque que pour les savons de nos deux lessives précédentes.

Alcool : Utilisé pour la conservation.

Acide itaconique : C’est un composé organique, utilisé pour son action détachante.

EDDS : Ethylene Diamine DiSuccinate, ou acide éthylènediamine-N, c’est un agent anti-calcaire, biodégradable.

Acide citrique : C’est un acide présent en abondance dans le citron. Il vient servir de détachant.

 

En résumé

 

Même si la lessive bio de magasin spécialisé fait mieux que ses concurrentes, nous ne pouvons toujours pas être certains qu’elle soit sans aucun impact sur l’environnement ni sur notre santé.
A 5€/le litre pour la lessive industrielle, 3.22€ pour la « bio de supermarché » et 7.30€/le litre pour la « bio spécialisée », difficile de s’y retrouver.

 

Recette de lessive maison

 

Voici une recette simple pour réaliser 3 litres de lessive :

Ingrédients

  • 35 à 40g de savon de Marseille
  • 3 c. à s. de bicarbonate de soude
  • 3 c. à s. de vinaigre blanc
  • 3 litres d’eau
  • Un flacon d’huile essentielle de lavande

 

Matériel

  • Une râpe
  • Un fait-tout et une plaque chauffante/au gaz
  • Un contenant de 3L (en verre de préférence)

 

La recette

  • Râpez 35 à 40gr de savon de Marseille. Là encore, faite attention aux ingrédients, une lessive fait-maison avec un savon plein de perturbateurs endocriniens c’est moins intéressant. Personnellement j’utilise un savon d’Alep bio.
  • Faite les fondre à feu doux dans 1L d’eau très chaude
  • Mélangez bien et longtemps
  • Ajoutez le bicarbonate de soude et le vinaigre blanc (3 cuillère à soupe de chaque)
  • Laissez reposer 1h puis ajoutez 1L d’eau tiède
  • Quand le mélange est froid, transvasez le dans votre contenant
  • 24h plus tard, rallongez avec 1L d’eau froide
  • Ajoutez 10gouttes d’huile essentielle de lavande (ou autre HE que vous aimez, à condition qu’elle ne soit pas toxique pour la peau)

 

Avec tous nos ingrédients, voici la composition de notre lessive : Eau, Savon (Olea Europaea ou huile d’olive, Laurus Nobilis ou extrait de laurier, Aqua, Sodium Hydroxyde ou soude), Acétate de sodium (La « rencontre » ou réaction chimique entre le bicarbonate de sodium et l’acide acétique du vinaigre blanc crée de l’acétate de sodium), Linalol (contenu dans notre huile essentielle, comme l’acétate de linalyle ou encore le camphre).
100% de nos ingrédients sont d’origine naturelle, issus de la chimie verte et non de la pétrochimie, ils sont tous biodégradables et ne présentent aucun danger pour une utilisation quotidienne.
Le coût de cette lessive maison est de 2.57€ les 3L soit 0.85€ le litre. Elle nettoie parfaitement bien les vêtements et ne les abîme pas. Faire sa lessive maison c’est aussi réduire ses déchets car l’ensemble des ingrédients peuvent être achetés en vrac.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *